Hébergement sur sodelhicious.net

22 avril 2010

Je viens de m’acheter un nom de domaine pour l’hébergement de ce blog et j’en ai profité pour faire peau neuve. Désormais c’est à l’adresse suivante que vous pourrez suivre mes aventures: www.sodelhicious.net

Pensez donc à mettre à jour vos favoris!

Publicités

Billet d’avion et point de chute en vue

20 avril 2010

Chi va piano va sano! Les préparatifs avancent lentement mais sûrement. Ce n’est guère une surprise, la liste des tâches à régler avant le départ est considérable, et, phénomène curieux, plus le temps passe, plus cette liste a tendance à s’allonger! Entre la montagne de documents à produire pour ma demande de visa de travail, les divers vaccins à prévoir, les multiples formalités administratives à remplir (assurance, banque, fisc, changement d’adresse), mon mobilier à vendre, etc, etc, j’ai parfois l’impression que jamais je n’en verrai le bout. De la pure gestion de projet qui demande un sens aigu de l’organisation. Faisons contre mauvaise fortune bon coeur, et considérons qu’il s’agit là, tout compte fait, d’un excellent exercice d’entraînement en vue de mon futur emploi chez E-Nova puisque je serai chef de projet. Et puis, l’envie de rejoindre Delhi au plus vite me donne toute la volonté nécessaire au bon avancement de ces fastidieux préparatifs. Let’s keep the faith!

Toutefois, au beau milieu de toutes ces basses besognes, une petite lueur, mais ô combien symbolique, qui me permet tout doucement de réaliser que cet incroyable projet est bel et bien en voie de se concrétiser: j’ai enfin réservé mon billet d’avion! Je m’envolerai donc le samedi 29 mai à 9h45 du matin, depuis l’aéroport de Francfort, à bord d’un avion d’Air India, qui devrait me permettre d’atterrir à Delhi aux alentours de 21h25 heure locale, au terme d’un long trajet d’environ huit heures, en vol direct. Rien que ça!

Une autre très bonne nouvelle à mettre en exergue. J’ai dors et déjà trouvé un logement. Je partagerai un charmant deux pièces situé dans le quartier de Lajpat Nagar, en compagnie de Stéphanie, une compatriote prof de français, expatriée en Inde depuis deux ans et demi. Promis, je publierai dans un prochain post quelques photos de l’appartement que m’a gentiment envoyées ma future colocatrice. D’ici là, je croise les doigts pour réussir à boucler la plus critique des échéances qui me restent à traiter: le dossier de ma demande de visa. Suite au prochain épisode…

Yet another blog

14 avril 2010

Oui, encore un nouveau blog! A mon tour de me lancer dans cette entreprise a priori purement vaniteuse que représente la rédaction d’un blog. Mais reconnaissons que j’ai quelques circonstances atténuantes. Dans moins de deux mois maintenant, je m’apprête en effet à m’exiler en Inde, dans cette bouillonnante et fascinante mégalopole qu’est New Delhi. Tenez-vous prêt pour le choc des cultures!

Mais avant toute chose, me direz-vous, qu’est-ce qui peut donc bien motiver le trentenaire occidental que je suis, confortablement installé dans un des pays les plus conservateurs et protecteurs au monde, en l’occurrence la France, à larguer soudainement les amarres et renoncer au mélange de bien-être et d’aisance matérielle dont rêvent peut-être chaque jour, et non sans raison, des milliards d’être humains sur cette planète?

Combien d’entre mes proches m’ont posé cette question! Et comme, d’une certaine façon, je les comprends! Crise de la trentaine? Coup de tête? Coup de cafard? Rien de tout cela. On ne se lance pas dans ce genre d’aventure à la légère, sans mesurer point par point les conséquences d’une décision qui revêt autant d’importance. Sans quoi, on prend le risque de se brûler les ailes. Et alors gare à l’atterrissage!

Non, cette décision est le résultat d’une longue réflexion, d’un long questionnement, aussi bien spirituel qu’existentiel. Elle s’inscrit, d’une part, dans le désir de me confronter à un mode de vie diamétralement opposé à celui auquel je suis naturellement habitué, de par mes origines culturelles et géographiques. D’autre part, les années passant, je ressens quelque part ce besoin farouche et vital de m’affranchir une fois pour toute du poids de l’inertie qui fait sévèrement obstacle à mon épanouissement personnel. Cela implique, bien entendu, une part de risque. Mais à y bien réfléchir, qu’y-a-t-il réellement à perdre? Le confort, la stabilité, la sécurité? Soyons joueur et essayons de retourner un peu les données du problème.

Il n’y a probablement rien de plus exaltant et enrichissant que vivre de nouvelles expériences, faire de nouvelles rencontres et élargir son horizon. C’est pour toutes ces bonnes raisons que nous aimons, aussi souvent que possible, voyager et être dépaysés. Mais entre prendre un aller-retour pour un séjour de courte durée en terre inconnue et s’installer à long terme dans un pays dont la langue, l’histoire et les habitudes de vie sont totalement différentes des nôtres, il y a, pour ainsi dire, un monde. J’ai donc préféré me laisser séduire par la seconde idée, car je suis intimement persuadé qu’en empruntant cette voie, il y a bien plus à y gagner et c’est à ce prix seulement qu’on en sort définitivement transformé.

Il ne reste dès lors plus qu’à guetter une heureuse opportunité. Avec beaucoup de chance, et aussi un brin d’audace, celle-ci s’est offerte à moi, se matérialisant par une formidable offre d’emploi dans une société en informatique installée à Delhi. Le genre de proposition qu’on peut difficilement refuser.

Depuis que j’ai pris la décision de partir vivre en Inde, on me demande souvent si je n’ai pas un peu peur. Ce à quoi je me plais à répondre: peur de qui? peur de quoi? A vrai dire, s’il y a une seule chose qui m’inquiète à l’heure où je rédige ce premier post, c’est de rencontrer des difficultés inopinées au moment d’obtenir mon visa de travail (car d’un point de vue administratif, les démarches à accomplir s’apparentent quelque part aux douze travaux d’Hercule). Non, en toute sincérité, à deux mois du grand départ, je suis brûlant d’impatience.

Je sais toutefois que je vais laisser en France des personnes qui me sont chères. Et c’est la raison pour laquelle il me tient à coeur de partager mon expérience avec toutes celles et tous ceux qui me sont proches. Ce blog, je l’espère, sera comme un fil maintenu entre nos vies respectives. Même si des kilomètres vont dorénavant nous tenir éloignés, il y aura toujours ce petit espace de partage qui nous permettra, je l’espère, d’entretenir un rapport de proximité. Et il ne tient qu’à moi de le préserver!

A compter d’aujourd’hui, je vous donne donc à tous rendez-vous sur ce blog, pour mon voyage au bout de Delhi!